top of page

Une expérimentation inédite pour accélérer le réemploi des emballages alimentaires


Le consortium R3PACK, composé de plus de 25 partenaires issus de toute la chaîne de

valeur agro-alimentaire et coordonné par (RE)SET (cabinet de conseil dédié à la transition environnementale et économique), relève le défi de l’emballage réemployable. Tous ensemble, ils ont lancé “Rapportez-moi pour réemploi” pour promouvoir le réemploi des emballages alimentaires et faire de la consigne un véritable écogeste du quotidien. Une première expérimentation a été lancée ce 7 juin dans 3 magasins Coopérative U du Nord de la France.


Cette expérimentation s’intègre dans le plan national de réduction du plastique

à usage unique. Avec la mise en place de la loi anti-gaspillage pour une économie

circulaire (AGEC), la France est le premier pays de l’Union européenne à se doter

d’un objectif de sortie des emballages à usage unique d’ici 2040.



 

«RAPPORTEZ-MOI POUR RÉEMPLOI» EN CHIFFRES ET INFORMATIONS CLÉS

Un projet Horizon Europe, soutenu par la Commission européenne et Citeo


+ 25 partenaires à date, dont 2 grands distributeurs


3 magasins pilotes en phase 1 (juin 2024), 30 en phase 2 (à partir de septembre 2024)


15 familles de produits concernées


Des emballages standardisés pour certaines catégories de produits



 

UNE INITIATIVE POUR DÉVELOPPER LE RÉEMPLOI DANS LA GRANDE DISTRIBUTION AVEC UNE APPROCHE SIMPLE POUR LES CONSOMMATEURS


Autour de Coopérative U et Carrefour pour la distribution, des industriels Altho-Brets, Biscuits Bouvard, ECLOR Boissons, Eurial, Europe Snacks, Florette, Laiteries H. Triballat Rians, Lesieur, Les Crudettes, LSDH, Monin, Schreiber, Sodebo s’unissent pour répondre à un enjeu de société majeur : réduire l’impact environnemental des emballages de produits alimentaires. Conscients de l’urgence environnementale et des attentes des consommateurs, ils encouragent l’utilisation d’emballages réemployables qui devront résister à plusieurs cycles d’utilisation.


L’objectif est d’offrir aux consommateurs une large gamme de produits alimentaires du quotidien dans des emballages qu’ils pourront rapporter facilement, dans n’importe quelle enseigne partenaire du projet, en vue de leur réemploi. Les contenants déposés dans les bornes seront collectés puis lavés. Lorsque tous les tests de qualité et de sécurité alimentaire auront été validés, les contenants seront remplis à nouveau par les industriels, puis remis en rayon.


 

CONCRÈTEMENT, COMMENT ÇA MARCHE ?


Pour retrouver la liste des magasins et produits concernés :


“RAPPORTEZ-MOI POUR RÉEMPLOI”: DÉMARRE DANS LE NORD

Ce projet ambitieux, soutenu par la Commission européenne et Citeo, a démarré le 7 juin par une expérimentation dans trois magasins Coopérative U du Nord de la France (Lille-La Madeleine, Merville, Grand-Fort-Philippe). Le but est d’offrir aux clients un large assortiment de produits alimentaires du quotidien dont les emballages répondent aux conditions du réemploi. Des bornes de collecte, déjà expérimentées avec succès par Carrefour dans l’hypermarché de Montesson, ont été installées, leur permettant de rapporter les emballages après consommation. Très simples d’utilisation, elles émettent un bon d’achat du montant de leurs consignes ou un remboursement par carte bancaire à tous ceux qui viennent déposer leurs emballages.

Au démarrage, 8 références sont disponibles.


À partir de septembre 2024, pour la seconde phase de déploiement, 12 magasins Coopérative U supplémentaires et 15 magasins Carrefour proposeront ce service, avec une gamme de produits aux emballages réemployables étendue issue de nombreux rayons : le frais, la crèmerie, l’épicerie sucrée ou salée, les boissons.


Les emballages seront en verre ou en plastique, grande nouveauté au sein de l’écosystème du réemploi. L’objectif de cette expérimentation est d’élargir les apprentissages sur l’attractivité du réemploi sur une large gamme de produits et de

mesurer les indicateurs clés de performance du réemploi (taux de retour, efficacité du lavage, rotation des emballages, logistique, …).



UN COLLECTIF ENGAGÉ DANS UNE DÉMARCHE D’ÉCONOMIE CIRCULAIRE


L’économie circulaire est un enjeu majeur pour l’industrie agroalimentaire, de la production à la distribution. Les acteurs doivent repenser leurs méthodes, leurs fonctionnements, mais aussi accompagner les changements de comportement des consommateurs. Cet engagement collectif permet d’intégrer davantage de produits,

de développer des emballages communs, de proposer la collecte de nombreux emballages différents et dans des lieux variés, interopérables. La standardisation des emballages et la mutualisation des flux permettra de massifier rapidement les volumes traités et d’atteindre des économies d’échelle.


“La transition environnementale et économique n’est pas une option car nos ressources sont limitées, notre énergie trop carbonée et nos pollutions exponentielles. Moins de 7% de notre économie est circulaire et nous aurons en quelques décennies consommer plus de terres rares que depuis le début de l’humanité. Pour autant, si le constat est sans appel, transformer est un défi complexe qui suppose la coopétition entre acteurs d’une même chaine de valeur, refonder les modèles industriels de production, les expériences clients et marketing en conciliant fin du

monde et fin du mois ! Changer un emballage n’est en rien simple ! Coup de chapeau aux 20 acteurs qui le font ici en direct, avec énergie et pour de vrai ! Nous souhaitons que les consommateurs soient nombreux à plébisciter ces nouveaux contenants en nous aidant encore à améliorer le dispositif ! La différence entre dire et faire, c’est faire !” déclare Géraldine Poivert, présidente et cofondatrice de (RE)SET.



コメント


R3PACK.png
bottom of page